L'expertise pratique en diabétologie

Quelle est l’action des agonistes du GLP-1 sur le cerveau ?

Depuis l’identification de récepteurs du GLP-1 dans l’hypothalamus (1) (annexe), la fonction neuroendocrine
cérébrale du patient diabétique fait l’objet de travaux réguliers. C’est ainsi que d’autres localisations encéphaliques ont été distinguées, comme celles situées sur l’amygdale, le cortex frontal, l’hippocampe et le cortex insulaire, au sein desquelles ce récepteur participe directement au contrôle de la prise alimentaire. Le GLP-1 est donc désormais considéré aussi comme un neurotransmetteur participant aux réactions émotionnelles, à la mémorisation et à la neuroprotection, comme à la régulation métabolique par le biais de son activité sur le système nerveux autonome. Cette action centrale lui permet en effet de participer non seulement à la diminution de la prise alimentaire, mais encore à la diminution de la sécrétion glucagonique et à la stimulation de la sécrétion insulinique induite par le glucose (2).

La lecture de ce dossier est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez ce dossier

Ajoutez ce dossier à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Diabète & Obésité.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles