L'expertise pratique en diabétologie

Surpoids et obésité : repérer plus tôt et mieux prendre en charge

Afin d’aider les professionnels de santé à dépister le surpoids et l’obésité et à améliorer la qualité de la prise en charge de ces maladies, la HAS publie deux recommandations de bonne pratique : une dédiée à l’adulte, l’autre à l’enfant et à l’adolescent.
• L’IMC, le réflexe pour repérer le surpoids et l’obésité. La HAS recommande le calcul systématique de l’IMC chez tout patient quels que soient son âge, sa corpulence apparente et le motif de la consultation. Chez l’adulte, pour un IMC entre 25 et 35 kg/m2, l’examen devra être complété par la mesure du tour de taille. Chez l’enfant, au-delà de ce simple calcul, la courbe d’IMC doit être tracée dès les premiers mois de la vie et surveillée attentivement au minimum 2 à 3 fois par an à la recherche de signes d’alerte.
• Changer durablement les habitudes plutôt que rechercher la perte de poids à tout prix… La prise en charge des adultes en surpoids ou présentant une obésité repose sur l’éducation thérapeutique du patient, avec un suivi régulier et prolongé d’au moins deux ans. Elle doit intégrer une éducation diététique, des conseils sur l’activité physique et la sédentarité, ainsi qu’un accompagnement psychologique. Chez l’adulte en simple surpoids, l’objectif est avant tout de ne pas prendre de poids. En cas de tour de taille élevé, l’objectif est de stabiliser lepoids et de réduire le tour de taille. Chez l’adulte ayant une obésité, il faut tout d’abord  stabiliser le poids avant de viser une perte de poids allant jusqu’à 15 % et prendre en charge les comorbidités associées.Chez l’enfant et l’adolescent en surpoids ou avec une obésité, l’objectif de la prise en charge est l’amélioration de la qualité de vie physique, mentale et sociale et la prévention des complications en cherchant à obtenir un ralentissement de la progression de la courbe de corpulence.
• Un accompagnement diététique et un suivi régulier. Les régimes à visée amaigrissante ne sont pas recommandés. Au contraire, la prise en charge médicale doit aider le patient à trouver un équilibre alimentaire en changeant durablement ses habitudes.
• Augmenter l’activité physique, pas seulement le sport. L’objectif est d’atteindre au moins 2h30 par semaine d’activité physique d’intensité modérée pour les adultes (notamment par les loisirs : jardinage ou vélo, etc.) et d’une heure par jour pour les enfants qui doivent par ailleurs passer moins de temps devant un écran (TV, jeux vidéos, etc.).
• Enfin, la HAS insiste également sur l’importance de l’accompagnement psychologique et conseillent de se passer de médicaments…

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Diabète & Obésité.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles