L'expertise pratique en diabétologie

61 % des Français grignotent entre les repas

Deux ans après le lancement de « l’étude NutriNet-Santé : 500 000 Nutrinautes pour étudier les comportements alimentaires et les relations nutrition-santé », près de 180 000 internautes se sont déjà inscrits. Grâce au système de recueil des apports alimentaires via Internet, il a été possible d’étudier les rythmes alimentaires, les comportements de grignotage et leurs relations avec l’équilibre alimentaire et nutritionnel. Soixante et un pour cent de la population grignotent (consomment des aliments et/ou boissons caloriques entre les 3 repas principaux de la journée) : 26 % sont des grignoteurs occasionnels (2 jours sur 3), 35 % sont des grignoteurs réguliers (3 jours sur 3).
• Les femmes sont plus nombreuses à grignoter que les hommes (65 % vs 57 %) et sont plus souvent des grignoteurs réguliers (38 % vs 32 %). Les catégories plus âgées comportent moins de grignoteurs que les plus jeunes (58 % chez les plus de 55 ans vs 63 % chez les moins de 55 ans). On retrouve plus de grignoteurs chez les chômeurs et allocataires d’aides sociales (66 %). Le pourcentage de grignoteurs, notamment les réguliers, augmente avec le niveau d’éducation.
• Chez les grignoteurs occasionnels, l’apport énergétique des grignotages représente 273 Kcal/j, soit 13,3 % de leur apport calorique total, tandis que chez les grignoteurs réguliers cela représente 484 Kcal soit 22,4 % de leur appport calorique total.
• Chez les femmes, les aliments représentant la part la plus importante de l’apport calorique des grignotages sont les produits gras et sucrés (gâteaux, viennoiseries…) (44,3 %). Chez les hommes, ce sont surtout les boissons caloriques (boissons sucrées : 10,3 % ou alcoolisées : 21,2 %), les produits gras et sucrés (30,7 %).
• Environ 8% des hommes contre 4% des femmes ne mangent régulièrement que 2 repas par jour, indépendamment des grignotages. Au global, il y a environ 4 % d’individus qui sautent régulièrement le petit-déjeuner, 2 % le déjeuner et 1 % le dîner. En majorité, le repas le plus souvent sauté est le petit-déjeuner (58 % des repas sautés). Il est plus souvent sauté par les jeunes, alors que le dîner lui est plus souvent sauté chez les plus âgés. Ce sont les individus les plus diplômés qui sautent le plus souvent le petit-déjeuner, alors que le déjeuner est plus souvent sauté chez les personnes les moins diplômées. A l’occasion du 2e anniversaire du lancement de l’étude, les chercheurs ont organisé une grande campagne, du 7 au 15 mai 2011, la semaine de recrutement “Objectif 250 000 volontaires” visant à atteindre, à la fin de cette semaine, 250 000 volontaires inscrits (partant de 180 000). Cette semaine a également pour ambition de rendre hommage aux volontaires déjà inscrits.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Diabète & Obésité.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles
Tags