Site professionnel spécialisé en Diabète et Obésité

Avertir plutôt que taxer les produits gras

Une étude canadienne révèle que taxer les aliments mauvais pour la santé aurait un effet moins marqué sur les choix alimentaires des consommateurs que les messages de prévention accolés aux produits. Pire encore : les moins sensibles à la taxation seraient les personnes dont l’IMC serait le plus élevé. Ainsi, une taxe de 20 % sur la malbouffe permettrait de réduire l’apport quotidien de 35 à 40 calories, alors qu’une réduction de 10 % des prix des collations faibles en gras vendues dans 55 machines distributrices ferait monter les ventes de 9 % et atteindrait une hausse de 93 % si leur prix était réduit de moitié…

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Diabète & Obésité.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles