L'expertise pratique en diabétologie

Covid-19 : une “signature” immunitaire pour identifier les patients diabétiques à risque de développer une forme grave

Des chercheurs de l’Inserm, de l’AP-HP et de Université de Paris ont identifié une signature immunitaire chez des patients diabétiques hospitalisés qui permettrait de prédire le risque d’un passage en réanimation. Ils ont constaté dans leur étude que les patients les plus sévèrement atteints avaient un nombre de lymphocytes inférieur à celui des patients qui n’avaient pas été en réanimation, avec notamment un taux particulièrement faible de lymphocytes cytotoxiques CD8+. Ceci était observé chez tous les patients en réanimation, indépendamment du statut diabétique. Les patients diabétiques ayant nécessité des soins de réanimation différaient néanmoins des patients non diabétiques dans le même cas, car ils présentaient aussi un taux de monocytes dans le sang moins élevé ainsi que des changements dans la morphologie de ces monocytes (taille moyenne supérieure). Enfin, ils ont constaté une présence accrue de marqueurs inflammatoires associés à la voie des interférons de type 1. Ces travaux apportent donc des données pour soutenir les études cliniques en cours qui suggèrent l’importance d’un dérèglement de la voie des interférons de type 1 dans le développement de formes graves de la maladie, et le potentiel intérêt thérapeutique des médicaments anti-interférons, déjà souligné dans de récents travaux. Les résultats de ces travaux sont publiés dans le journal EMBO Molecular Medicine.

MC d’après le communiqué de l’Inserm du 19 octobre 2020.