L'expertise pratique en diabétologie

EASD 2019 – Des pistes pour contrôler la stéatose hépatique

Près de 50 % des diabétiques de type 2 présentent une stéatose hépatique non alcoolique (NASH) dont on connaît le potentiel évolutif délétère vers la cirrhose ou le carcinome hépatocellulaire. Les cliniciens tentent d’intervenir en amont de ces complications en veillant au bon équilibre glycémique et nutritionnel, car, une fois la stéatose installée, très peu d’actions pharmacologiques sont à notre disposition. Les analogues du GLP-1 et les inhibiteurs de SGLT2, pressentis dès leur commercialisation comme des pistes sérieuses, ont confirmé leur potentiel lors de quelques communications.

 

Une association analogue du GLP-1 + inhibiteur du SGLT2

Une équipe roumaine soutenue par Astra Zeneca nous a proposé une analyse post hoc de DURATION-8, en étudiant certains marqueurs de la stéatose hépatique.

L’étude

Cet essai de 104 semaines, incluant 695 diabétiques de type 2, mal contrôlés sous metformine, évaluait l’effet de l’exénatide une fois par semaine associée à la dapagliflozine une fois par jour, comparativement à chacune de ces molécules plus placebo. Les paramètres cliniques et biologiques de cette population étudiée étaient assez standard :
• 54 ans,
• 50 % de femmes,
• IMC 33 kg/m2,
• HbA1c 9,3 %,
• 7 ans d’ancienneté du diabète,
• clairance de la créatinine normale.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Diabète & Obésité.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles