L'expertise pratique en diabétologie

Le « diabète double » : définition, prévalence et données pathophysiologiques

Certains patients diabétiques de type 1 présentent un profil clinique et biologique d’insulinorésistance favorisée par des antécédents familiaux de diabète de type 2 ou de syndrome métabolique. Ils constituent un groupe de patients souvent appelé « diabète double ». Les patients atteints de « diabète double » prennent plus rapidement du poids, comme cela a été objectivé dans plusieurs études. Ces patients diabétiques de type 1 avec insulinorésistance ont un risque cardiovasculaire nettement plus élevé que les patients diabétiques de type 1 « habituels », sans insulinorésistance. En outre, plusieurs données épidémiologiques indiquent que les patients atteints de « diabète double » ont un risque plus élevé de néphropathie et de rétinopathie. De plus, certains travaux expérimentaux suggèrent que l’insulinorésistance pourrait être un facteur aggravant de l’insulinopénie au cours du diabète de type 1.

Le « diabète double » décrit la situation non rare du patient diabétique de type 1 avec insulinorésistance. Il a été décrit pour la première fois par Teupe en 1991, à partir d’une population de 448 patients diabétiques de type 1 hospitalisés, parmi lesquels 70 (16 %) avaient des antécédents familiaux de diabète de type 2 (1). Ces patients présentaient un poids et des doses d’insuline plus élevés, témoignant d’une insulinorésistance et une HbA1C plus haute, indiquant la difficulté de contrôle de ce « diabète double ».

Fréquence du « diabète double »

Des données discordantes

La prévalence exacte du « diabète double » n’est pas totalement claire selon les données de la littérature.

Dans l’étude DCCT (2) :
• 22 % des patients présentaient un syndrome métabolique selon les critères de l’IDF.
Dans la cohorte de patients diabétiques de type 1 de l’étude de Pittsburgh, un syndrome métabolique était observé (3) :
• chez 21 % des patients selon les critères OMS,
• chez 12 % des patients selon les critères NCEP/ATPIII,
• chez 8 % des patients selon les critères de l’IDF.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Diabète & Obésité.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles