L'expertise pratique en diabétologie
 

Cellules bêta pancréatiques et diabète : ce que les neurones peuvent nous apprendre

Résumé

Des recherches réalisées sur des îlots pancréatiques et cerveaux de patients atteints de la maladie d’Alzheimer et de diabète témoignent de l’étonnante ressemblance entre les cellules bêta pancréatiques et les neurones. Dans le diabète, les cellules bêta pourraient participer à leur propre destruction en produisant l’amyloïde polypeptide précurseur neuronale, une des sources du dépôt d’amyloïde-β responsable de la destruction neuronale dans la maladie d’Alzheimer. En fait, la cellule bêta exprimerait plus d’un millier de gènes neuronaux dont certains expliqueraient le dépôt d’amyloïde-β et seraient les futures cibles thérapeutiques du diabète. L’identification de ces cibles pourrait aussi représenter une piste de recherche originale pour trouver des médicaments capables de réduire la plaque d’amyloïde dans le cerveau et ralentir la perte cognitive de patients atteints de maladies neurodégénératives.

Abstract : Pancreatic beta cells and diabetes
Pathological examinations of brain and pancreatic islets of patients with Alzheimer’s disease and diabetes underline the striking similarity between pancreatic beta cells and neurons. In diabetes, beta cells could contribute to its own destruction by producing amyloid polypeptide precursor, one of the major sources of amyloïd-β deposits underlying the neuronal destruction in Alzheimer’s disease. In fact, beta cells express thousands of neuronal genes, which may underline the amyloïd-β deposits. In addition, some of these genes could be future therapeutic targets of diabetes. The search for these targets could pave the way of identifying innovative therapeutic strategies for reducing the amyloid deposits and cognitive impairment in neurodegenerative diseases.

Introduction

La présence de dépôts d’amyloïde-β dans les îlots pancréatiques et dans le cerveau de patients diabétiques atteints de maladies neurodégénératives a fait émerger l’hypothèse d’un mécanisme physiopathologique similaire responsable de la dégénérescence des neurones et de la perte de la masse fonctionnelle des cellules bêta pancréatiques (cellules bêta) (1, 2).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Diabète & Obésité.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles