Site professionnel spécialisé en Diabète et Obésité

Malaises après bypass gastrique

Monsieur M. est un homme de 41 ans, consultant pour malaise après un bypass gastrique. Il est célibataire et sans enfant, travaille actuellement en intérim comme barman.

Antécédents

  • Anneau gastrique en 2000
  • Bypass en 2014
  • Tabagisme actif

Évolution du poids

  • Au maximum : 175 kg
  • Avec l’anneau : perte de 35 kg
  • Anneau desserré : reprise de 25 kg
  • Bypass à 140 kg
  • Perte d’excès de poids de 92 à 93 % stable
  • Taille actuelle : 183 cm
  • Poids : 90 kg
  • IMC : 26,9

Malaises

Il se plaint de malaises depuis le bypass, environ trois fois par jour, postprandiaux précoces (de 30 à 60  minutes) avec endormissement, tachycardie, flou visuel. Le score de Sigstad est à 10 (normalement inférieur à 7). La biologie standard est normale.

QCM 1 : Choisir les bonnes réponses

  • Les symptômes sont dus à la distension de la petite poche gastrique, car il mange trop vite.
  • Les symptômes sont dus à une hernie de l’anse alimentaire au travers d’une fente mésentérique.
  • Les symptômes sont dus à une hypotension orthostatique.
  • La tachycardie et le score de Sigstad signent le dumping syndrome.
  • La biologie standard normale écarte une hypoglycémie.

Réponse

Le plus probable est un dumping syndrome à cause de l’ensemble des symptômes, digestifs et neurovégétatifs. Il concerne environ 40 % des patients (1). La preuve en serait apportée par une charge en glucose (50 ou 75 g) qui reproduirait les symptômes et qui entraînerait une élévation de la fréquence cardiaque de plus de 10 bpm à 30 ou 60 minutes et une élévation de l’hématocrite de 3 % aux mêmes temps (2). Une hypoglycémie aux temps tardifs (120 ou 180 minutes) aurait la même valeur. L’élévation de la fréquence cardiaque est 100 % sensible et 94 % spécifique (2). Cette épreuve de charge est mal tolérée et le score de Sigstad devient un bon argument de dépistage en cas de doute (3). Le dumping syndrome correspond à l’arrivée d’aliments hyperosmolaires (souvent sucrés, mais pas toujours) provoquant les mouvements hydriques de part et d’autre de la lumière intestinale, et la sécrétion d’hormones vaso-actives (1). Les autres diagnostics évoqués (hernie, manger trop vite…) sont possibles et le score fait la différence clinique.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Diabète & Obésité.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles