Site professionnel spécialisé en Diabète et Obésité

Droit de réponse – Autosurveillance glycémique pendant la grossesse dans le diabète de type 1

Suite à la publication de l’article « Autosurveillance glycémique pendant la grossesse dans le diabète de type 1. Un changement de paradigme» des Dr Agnès Sola-Gazagnes et Pr Étienne Larger, dans notre numéro 143 daté d’avril 2021, nous avons reçu une demande de précisions, que nous vous livrons, associée à la réponse des auteurs de l’article.

 

Demande de précisions

Dr Carole Salaun-Martin,  Dr Alexander Seibold

Dans votre récent article sur l’autosurveillance glycémique pendant la grossesse dans le diabète de type 1, vous discutez notamment de la place de la mesure continue du glucose dans l’autosurveillance et son utilité pour les décisions thérapeutiques d’adaptation de l’insulinothérapie. Vous concluez à ce sujet que la mesure continue du glucose avec le système FreeStyle® Libre (FSL) peut amener à des décisions thérapeutiques différentes de la surveillance par glycémie capillaire du fait d’une sous-estimation des taux de glucose en vous appuyant sur les résultats de deux études que vous avez faites, l’une hors grossesse, la seconde réalisée chez des femmes enceintes avec diabète de type 1 ou 2.

Limites des études

Or la première étude publiée en 2015 (1) rapporte des résultats provenant de 13 patients sur 25, comparant des mesures de glucose interstitiel et des mesures de glycémie capillaire sans comparaison à des mesures de glycémie veineuse, technique de référence pour évaluer un système de mesure continue du glucose. La seconde étude (2) a été réalisée entre mai 2016 et mai 2017, chez 33 femmes enceintes avec diabète de type 1 ou 2 et compare également des mesures de glucose interstitiel et des mesures de glycémie capillaire sans mesure de glycémie veineuse. Ces deux études utilisaient le système initial FSL avec le premier algorithme. Depuis, l’algorithme utilisé pour donner la mesure du glucose interstitiel a évolué à deux reprises, permettant d’améliorer les performances du système (3). Ainsi, outre l’absence de comparaison à des valeurs de glycémie veineuse et le peu de patients participant à ces deux études d’évaluation des performances du système FSL, les résultats rapportés dans votre article d’avril 2020 ne rendent pas compte des performances actuelles de ce système. Vous citez également l’étude réalisée par Scott et al. (3) chez 74 femmes enceintes avec diabète de type 1 (n = 24), diabète de type 2 (n = 11) ou diabète gestationnel (n = 39) dont l’objectif était d’évaluer la performance du FSL en comparaison à la mesure de la glycémie capillaire ; la MARD était de 11,8 %. Cette étude a, là encore, été réalisée avec le système FSL utilisant un ancien algorithme et ne rend donc pas compte des performances actuelles du système qui utilise l’algorithme le plus récent.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Diabète & Obésité.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles