Mots-clés Articles avec mots-clés "Syndrome métabolique"

Syndrome métabolique

consommation-sucre-recommandations

0 236
L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) établit des recommandations pour le Haut conseil de santé publique qui...

0 1390
Le rôle du syndrome métabolique Le syndrome métabolique (SM), dont l’incidence est en constante augmentation, est défini par une constellation de manifestations clinico-biologiques intimement liées...

0 1387
Une prise en charge encore insuffisante La découverte de la chlorpromazine dans les années 1950 a bouleversé la prise en charge de la schizophrénie. Les...

0 1495
Quels liens ? La dysfonction érectile (DE) est définie par l’incapacité à maintenir ou obtenir une érection du pénis suffisante pour permettre un rapport sexuel...

0 3787
Quels liens ? La cavité orale constitue le premier organe de la digestion et participe ainsi aux premiers échanges métaboliques. Les désordres oraux perturbent les...

0 3395
La stéatose hépatique non alcoolique, ou Non Alcoholic Fatty Liver Disease (NAFLD), comporte un ensemble d’atteintes hépatiques dont la prévalence a considérablement augmenté au cours de ces dernières années.

0 1609
Il existe deux formes d’hépatopathie non alcoolique : la stéatose hépatique non alcoolique (Non Alcoholic Fatty Liver Disease ou NAFLD) (Fig. 1A), caractérisée par une stéatose pure du tissu hépatique (dégénérescence graisseuse > 5 % des hépatocytes), sans inflammation ni fibrose ; et la stéatohépatite non alcoolique (Non Alcoholic SteatoHepatitis ou NASH) (Fig. 1B), pour laquelle la stéatose s’accompagne d’une inflammation du tissu hépatique, avec ou sans fibrose.

0 1543
  Lipotoxicité hépatique au cours du diabète : rôle des dysfonctions mitochondriales   Stéatohépatite métabolique : diagnostic, évolution et traitement   Atteintes hépatiques : quels sont leurs déterminants nutritionnels ? 
Relation entre poids, graisse viscérale, insulinorésistance et SOPK

0 1895
Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est la cause la plus fréquente de troubles de l’ovulation, d’infécondité et d’hyperandrogénie chez la femme. Il touche environ 10 % des femmes en âge de procréer (1). Les désordres métaboliques fréquemment associés à ce syndrome (obésité, insulinorésistance, hyperinsulinémie, dyslipidémie) exposent les patientes à un risque accru de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires.

0 1267
Quel rôle à l’échelle cellulaire ? Les polyphénols sont des composés chimiques caractérisés par la présence d’un ou de plusieurs groupements phénoliques. Ils sont issus...